Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit ici. Signe généralement que tout va bien. Ou que j'arrive à gérer mes doutes, mes questions existentielles...

Mais là, j'ai du mal à avaler la pilule.

Je viens de perdre en finale pour un job que je convoitais depuis plusieurs semaines. Dans lequel j'avais mis beaucoup d'énergie, de rêves et d'espoir. Un job qui allait, pensais-je, résoudre beaucoup de choses.

Comme souvent dans ma vie, je simplifie à outrance.

Je me suis focalisé sur ma recherche d'emplois sur les derniers mois, mettant toute mon énergie et mon attention sur ce sujet. Levant le pied sur la course, ne laissant pas de places à une éventuelle rencontre. Et n'ayant pas beaucoup de pistes de job, j'ai sur-investi cette perspective. Gommant presque au fur et à mesure mes perceptions un tant soit peu négatives. Me projetant dedans comme une chose certaine. J'en étais même à compter les jours.

Dernièrement, je me disais qu'il fallait que je me prépare à une réponse négative. Cela me permet généralement de mieux accepter une mauvaise nouvelle. Mais là, j'ai zappé cette étape; je n'ai pas pris le temps de mener cette réflexion dans ma tête. 

La claque de vendredi est du coup encore plus forte. Et rappelle à mon bon souvenir tous les sujets que j'avais mis sous le tapis. Le sentiment d'échec est encore plus fort. 

 

Pas de mec. Un boulot qui me fait chier. Pas de perspective réjouissante. Pas de projets stimulants. 

Un sentiment de vide et de vacuité m'envahit. Un sentiment d'inutilité.