On s'est dit que c'étaient les enfants qui changeaient tout, avec cette vieille amie, en dînant, ce soir. Que ce sont eux qui nous font grandir et passer à l'âge adulte.

Elle se sent comme moi, la même depuis des années. Et elle aime ça, comme moi. En disant cela, je ressentais en elle une peur, la peur de vieillir. Et l'envie de rester égoïste. Comme moi.

Je pense que cet égoisme est ce qui m'empêche réellement de trouver un mec. Mon ami J me questionnait encore récemment pour savoir si j'étais "prêt". Je déteste cette question. Bien sûr que je ne suis pas "prêt". A mon grand désespoir. 

 

J'ai repris les dates et grindr. C'est un peu / beaucoup mentir que de dire ça. J'ai repris les dates. Point. Car grindr, je n'ai jamais réellement arrêté. C'est simplement que ma nouvelle photo avec mon nouveau look (barbu) est plus attirante. Un coup de boost à l'égo. Je rencontre des mecs, galoche parfois mais ne me sens pas plus attiré que ça. Je suis encore dans la phase où la relation me plait plus que la personne que j'ai en face. Dans la phase où sentir le désir de l'autre est plus intense que sentir mon propre désir. Je me laisse guider. Embrasser. Caresser. Et après, j'ai plus envie. Une fois le baiser passé, j'ai envie de fuir. Pas de dégout mais d'égoïsme : j'ai eu ce que je voulais avoir. Sentir le désir de l'autre.

 

Et hier, j'ai rencontré un garçon. Bien, sensible, sensé, touchant, un peu perdu, intelligent. J´ai ben flashé. Et je ne sais pas gérer ces situations. Je deviens maladroit. Je redeviens le petit garçon qui veut plaire à sa maman et à son papa et qui fait tout maladroitement. Qui est certes touchant mais pas désirable. Je ne sais pas gérer ces situations. Nous avons échangé quelques texto après notre dîner, à mon initiative. "Ravi de t´avoir rencontré, j'ai passé un bon moment." "Pareil! Bonne nuit et à bientôt" "i hope so. Jeudi?" "Je dois voir une copine normalement... Mais je te dis ça". S'en sont suivis quelques texto sans intérêt. Et depuis j'attends, fébrile.