J'enchaine les moments entre couples. Qui vont de la tendresse insolente (''mon coeur'') à du quotidien désirable (''t'as acheté du lait'') en passant par de la belle famille détestable (enfin, je dis belle famille mais cela peut être de la famille tout court; je me positionne simplement dans le rôle du beau-fils, ne voulant pas de ma famille au quotidien). 

J'enchaine ces moments et je dois dire que je les aime. Je dis que je les aime pour ne pas dire que je les déteste. Ou que je les envie. Ou que je n'en veux pour rien au monde. Ou que je donnerais toute ma vie pour ne les vivre que 5 minutes. Ou que l'idée même de devoir passer par là me donne envie de vomir. Ou que je ne serais pas heureux tant que je ne les aurais pas vécu. Ou que...

 

Alex Beaupain m'accompagne ces derniers jours. J'aimerais écrire de tels mots.

 

Je coule, je coule, je fuis, ça n'arrête pas

Ce dégat des eaux qui roule sur

Mes joues. Or je crois

Qu'il faudrait des heures pour arranger cela

Faut tout refaire l'intérieur de moi.

[...]

Je coule, je coule, je perds pied, je me noie

Faut tout refaire l'intérieur de moi

[...]

Je coule, c'est cool

Vraiment ne t'en fais pas

C'est juste mon monde qui s'écroule

Juste à cause de toi

 

Ou encore

 

C'est peut-être moi

Le moineau sans cervelle

La coquille de noix

Vidée de l'essentiel

Profondément superficiel

 

Ou bien

 

Après moi, je veux qu'on soit malheureux