Le sac à dos sur les épaules, Barbara dans les oreilles, je marche dans la rue froide pour rentrer chez moi. Non, je n'ai pas 15 ans. Non, ce n'est pas un walkman / baladeur K7 dans ma poche ni un livre de Sciences Nat' dans mon sac à dos. C'est un iPhone et des documents que je ramène du bureau.

--------------------------------------------------

Je rentre d'un diner avec un bon pote et je porte une partie de mes 7 ans de vie dans une entreprise. Je termine après-demain mon boulot et cela me plonge dans une peur telle que mon visage est parsemé de boutons. 15 ans je vous dis.

Cette décision, je l'ai prise il y a trois mois. Mais ne l'ayant formulée ouvertement auprès de tous mes collègues que la semaine dernière, elle prend depuis lors une réalité qui m'effraie. Je n'aime pas le changement. Je suis pétri de peurs. Peur de ne pas y arriver, peur de me faire virer, peur de ne pas aimer mon nouveau boulot, peur de ne pas être bon. Les marques de sympathie que je reçois depuis mon annonce me plongent dans le desespoir. Pourquoi je pars ? Pourquoi avoir douté toutes ces années ? Arriverai-je à nouveau à recréer cette confiance ?

-------------------------------------------------

Je rentre d'un diner avec un bon pote et je me remémore la soirée de la veille. Je ne comprends toujours pas ce qui m'a poussé à partir avant la fin de la soirée, avant la fin du ''Concert pour tous'' alors que j'étais entouré de personnes que j'aime.

Peut-être parce qu'elles étaient de groupes différents ? Mon amie A, que je connais depuis la prépa et l'école, au mariage de qui j'ai chanté, qui connait toutes les facettes de moi (quand j'avais 20 ans). Et mon ami C/A, qui connait tous mes travers, mes dépressions, mes doutes, my dark side.... Et y a pas à dire, je ne suis pas à l'aise dans ces situations...

Peut-être était-ce parce que j'avais peur de rentrer seul d'un regroupement homo ? J'ai jamais aimé les groupes, surtout en fin de soirée quand tout le monde est bourré. Encore plus das un contexte d'homophobie latent comme aujourd'hui.

Peut-être parce que voir tant de couples, d'amours possibles, de désir était plus fort que moi.